Lycée technique Léonard de Vinci, Saint-Germain-en-Laye

Partager sur : Facebook  Twitter

 

Comment concentrer l’architecture à sa plus simple vérité constructive ?

  • EN SAVOIR PLUS

    L’architecture d’un lycée technique se doit d’exprimer la construction. Elle doit offrir la polyvalence indispensable à un programme en évolution permanente. Elle doit être simple et robuste, à l’épreuve des élèves, à leur service et à celui des personnels.
    Le projet va donc à l’essentiel. Forme et modalités constructives sont dictées par la rationalité exigée du programme : doubler la surface du Lycée technique Léonard de Vinci par la construction d’un bâtiment neuf d’une capacité d’accueil de 1 200 élèves, tout en maintenant l’établissement en fonctionnement.

     

    La construction neuve est organisée sur trois niveaux. Au rez-de-chaussée, les lieux d’enseignement techniques, regroupant ateliers, vestiaires et magasins se positionnent en U autour de la cour et s’ouvrent sur le parvis. Ils sont distribués par deux rues intérieures qui permettent, outre l’apport en lumière naturelle, de se repérer aisément dans le lycée.
    Ce niveau s’encastre dans la pente et permet au premier étage, accueillant la vie des élèves et l’administration, de retrouver une relation de plain-pied avec le parc qui scindera à terme le bâtiment. Ces différentes fonctions, articulées par de vastes préaux-terrasses, entretiennent des relations choisies entre elles et vers l’extérieur.
    Au second étage, l’enseignement général bénéficie de vues exclusives sur le parc et le jardin central.

     

    Une trame porteuse de 3.6m, divisée en modules de 1.2m règle le bâtiment. Menuiseries et bardages de façades, luminaires, radiateurs, terminaux électriques suivent cette implacable rythmique.
    L’uniformité de la distribution des réseaux, le dessin répétitif des percements, l’absence de porteurs intermédiaires autorisent une réelle flexibilité des cloisonnements. Les protections solaires sont fixes sans jamais obstruer la vue. Elles sont adaptées à chaque type de façade et d’orientation et assument d’autres fonctions : rigidifier les hautes parois vitrées au rez-de-chaussée, porter la coursive d’entretien au second niveau.

     

    Par ces économies de moyens, par la simplicité constructive mise en œuvre, par le refus de tout dessin arbitraire, l’architecture se libère de tout présupposé formel. Le projet assume ainsi le parti de condenser l’architecture à sa plus simple vérité constructive.


  • FICHE TECHNIQUE

    MAÎTRISE D’OUVRAGE
    Région Île de France – SAERP

    SITUATION
    Saint-Germain-en-Laye (78)

    SUPERFICIES
    9 240 m² démolition
    14 880 m² SDP construction
    11 600 m² espaces extérieurs

    ÉQUIPE DE MAÎTRISE D’ŒUVRE
    Architectes : COSA et TANK Architectes
    Équipe COSA : Théophile Marmorat, Géraud Pin-Barras Avec Antoine Courdy, Marc Duatis, Eliott Girardot, Pierre Louvet, Christophe Maignien, Daniel Nagy, Adélie Quénot, Ana Vida
    Paysagiste : Sébastien Sosson, agence de paysage
    Structure : Bollinger + Grohmann ingenieure
    Fluides et cuisines : HDM ingénierie SA
    Approche Environnementale : Solener
    Acoustique : Jean-Paul Lamoureux
    Économie : Cabinet Becquart

    MISSIONS
    Base + études exe partielle + signalétique + aide au choix du mobilier

    CALENDRIER
    Chantier en cours phase 2
    Livraison phase 1 avril 2016
    Projet lauréat du concours 2009

    PROGRAMME
    Démolition et reconstruction totale, en site occupé, du Lycée technique Léonard de Vinci (1 200 élèves) : grands ateliers, salles de classes, laboratoires scientifiques, centre de documentation, salle de fitness, réfectoire et cuisine (1 000 repas jours), administration, logement de fonction, parking souterrain, jardin intérieur et parc extérieur

    Projet BIM Niveau 1

    APPROCHE ENVIRONNEMENTALE
    Certification NF Bâtiment tertiaire
    Démarche HQE – toutes cibles traitées
    Label BBC Effinergie
    Chantier demi-sec (structure mixte béton – acier)
    Toiture végétalisée, collectant les eaux pluviales et accueillant des panneaux photovoltaïques

    © photographies : Camille Gharbi

À VOIR AUSSI