L'Amiral - Bureaux, Paris

Partager sur : Facebook  Twitter

Le bâtiment à restructurer, conçu par René André Coulon en 1955, exprime les valeurs architecturales de l’époque : la rigueur au service de l’usage, le pragmatisme au service de la structure. Comment réactiver, voire donner à aimer cette architecture si décriée ?

  • EN SAVOIR PLUS

    Immeuble au tracé régulier, constitué de deux bâtiments identiques construits à dix ans d’intervalle, le 15-25 boulevard de l’Amiral Bruix reprend une composition classique entre socle, Piano Nobile et attique. Il développe une trame de façade en béton peint, accueillant des ensembles menuisés en aluminium naturel rehaussés de marbre sur les façades principales.
    Ses qualités ne suffisent plus à l’intégrer au quartier : son soubassement se creuse au lieu de s’affirmer ; le Piano Nobile, resserré par une trame omniprésente, ne répond plus aux besoins du programme ; l’attique, en retrait de la façade, aux matériaux moins qualitatifs, est limité à des fonctions techniques et le mur pignon côté rue Weber entre en confrontation avec l’hôtel particulier voisin.

     

    Le projet de réhabilitation valorise l’existant, invite à de nouveaux usages et fonde un meilleur ancrage du bâtiment dans son site.
    Le socle est épaissit à 18m. Identifié et programmé, agrémenté de parvis largement plantés qui animent les rues, il crée une échelle intermédiaire entre le quartier Berlioz et le boulevard de l’Amiral Bruix.
    La trame porteuse de 4.20m devient la trame expressive du bâtiment, libérée de ses subdivisions en façade. Le bâtiment y gagne assise et noblesse. Ce nouveau registre est renforcé et souligné par une technologie de façade développant des ensembles menuisés aux allèges généralisées en marbre blanc, dont les volets roulants à projection permettent une gestion individuelle, presque domestique, de la relation à l’extérieur.
    L’attique est reconstruit à l’aplomb de la façade existante. Nettoyé de tous composants techniques, paré d’inox, il devient une véritable lanterne dans le quartier.
    Le pignon aveugle et imposant rue Weber est supprimé. Le projet se recule dès le R+3, pour se retourner en retrait de la limite de façade principale et générer des terrasses qui laissent passer la lumière de l’Ouest vers le cœur d’îlot et le jardin.

     

    L’Amiral évoque désormais ces façades caractéristiques de l’architecture des années 1950 propres au XVIe arrondissement. Répondant à ses nouveaux impératifs programmatiques, techniques et urbains, il traduit le plaisir d’y habiter et d’y travailler.


  • FICHE TECHNIQUE

    MAÎTRISE D’OUVRAGE
    Axa
    Maîtrise d’ouvrage déléguée : Vinci immobilier

    SITUATION
    15-25 boulevard de l’amiral Bruix, Paris XVI

    MONTANT DES TRAVAUX
    33,6 M€ HT

    SUPERFICIE
    16 300 m² SHON

    ÉQUIPE DE MAÎTRISE D’ŒUVRE
    Architecte : COSA
    Équipe : Noémie Maréchal avec Nathan Berger Delaporte, Florian de Clercq, Géraud Pin-Barras, Adélie Quénot, Théophile Marmorat
    Tous corps d’état : EGIS
    Bureau de contrôle : BTP consultant

    MISSIONS
    Esquisse + Avant-projet + Projet + Maîtrise d’œuvre d’exécution

    CALENDRIER
    Phase 2 du concours 2015

    PROGRAMME
    Restructuration lourde d’un immeuble de bureaux à Paris XVI : bureaux, salles de réunions, conciergerie, restaurant inter-entreprises, archives, parking et jardin

    Projet BIM Niveau 1

    APPROCHE ENVIRONNEMENTALE
    Label CERTIVEA HQE excellent
    Label BREEAM excellent
    RT 2012
    Plan climat Paris 2012

À VOIR AUSSI